Les travailleurs de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) ne partagent pas la décision du gouvernement de mettre en concession l’aéroport de Cotonou. Réunis en assemblée générale ce 11 mai 2017, ils ont manifesté leur opposition à la procédure précipitée selon eux. 

C’est le 11 janvier dernier, que le gouvernement a décidé de retirer à l’Asecna la gestion des activités aéronautiques nationales. Celles-ci devraient être confiées à un d’autres structures plus qualifiées, avaient expliqué le ministre des Transports.

Selon les travailleurs de l’Agence, un comité ad’hoc a été mis en place pour réfléchir à la transition. Mais le personnel aurait été floué selon François Kpèdotessi, porte-parole des agents remontés :

“Ils ont commencé, dans un premier temps à critiquer l’Asecna en parlant de lenteur. Vous voulez accélérer, on vous dit amenez le plan, vous n’avez pas amené ; vous mettez en place un comité pour qu’on travaille et vous passez derrière pour faire un dossier d’appel d’offres.”

A l’étape actuelle de la procédure telle que présentée par eux, les agents pensent qu’elle ne doit pas continuer. Leur exigence est “l’annulation pure et simple de la procédure de mise en concession de l'aéroport international Cardinal Bernadin Gantin”,

Ils menacent d’aller en grève pour 48 heures dès la semaine prochaine s’ils ne sont pas satisfaits.

Lire aussi : Gestion des aéroports : pourquoi le contrat de l’Asecna a été résilié ?

Adonis Bohoun

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

INFOS

  • Société
  • Politique
  • Economie
  • Sport
  • Culture
  • Santé
  • Environnement
  • Tech