10 Août
La loi portant code du numérique fait l’objet d’un examen critique à un atelier qui rassemble les professionnels des médias, juristes et activistes à Parakou. l’atelier en question a démarré ce lundi 10 août 2020. L’objectif est d’aboutir à une relecture du texte dont l’application a déjà conduit des journalistes en prison.

Le code du numérique est une loi redoutée au Bénin et pour cause : des professionnels des médias et d’autres acteurs de l’Internet se sont déjà retrouvés devant le juge du fait de cette loi. L’Union des professionnels des médias (Upmb) milite pour la modification de la loi afin de la dépouiller de certaines dispositions jugées restrictives des libertés de presse et d’expression.

Les travaux durent trois jours et ont commencé avec une communication de Marius Dossou-Yovo spécialiste du droit du numérique. Cette communication sur le statut du journaliste dans le code du numérique a révélé que l’analyse critique lancée devra par ailleurs prendre en compte le code de l’information et de la communication.

Le journalisme numérique en question

De nombreuses autres questions ont été soulevées notamment celle des types de journaliste qui publient des informations sur les réseaux sociaux. On se rappelle que c’est dans cette posture que le journaliste Ignace Sossou s’est retrouvé en conflit avec le code du numérique fin de 2019 et un autre, par ailleurs Casimir Kpédjo est toujours poursuivi sur la base de la même loi devant la Criet pour des informations sur l’économie béninoise qu’il avait relayées sur Facebook.

Les discussions tendent à plaider pour une législation sur la presse qui tienne compte des mutations technologiques du monde des médias.

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE