18 Nov
Mis en place en 2017 comme solution transitoire à la situation des universités privées, les examens nationaux de licence et master devront continuer au-delà des trois ans d’expérience. C’est ce qu’a décidé le gouvernement en conseil des ministres ce mercredi 18 novembre 2020.

Selon le compte rendu du conseil des ministres, un nouveau décret a été adopté pour “instituer l’organisation pérenne des examens nationaux pour l’obtention des diplômes de Licence et Master dans les filières de formation non homologuées des EPES.” 

La raison évoqué par le gouvernement est imputée aux EPES (Etablissements privés d’enseignement supérieur) :

“La période transitoire a expiré à la fin de l’année universitaire 2018-2019 alors qu’aucun des établissements concernés n’a bouclé le processus pour l’obtention de l’homologation pouvant lui permettre de délivrer par lui-même ses diplômes”.

La mise en place de ces examens avait créé des remous dans le milieu des universités, écoles et instituts privés en 2017. Certains établissements ont d’ailleurs toujours refusé de soumettre leurs étudiants aux épreuves.

Mais pour le gouvernement, “il s’agit pour l’Etat de garantir aux apprenants la possibilité de valider leurs années d’études et d’avoir des diplômes reconnus”.

D’autres réformes devraient par ailleurs intervenir dans le secteur. Le gouvernement annonce ainsi l’instauration prochaine d’un “nouveau modèle d’organisation devant favoriser la constitution de grandes entités d’EPES plus viables, à travers des accords d’établissement, des communautés universitaires ou des pools d’enseignement”.

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE