04 Juin

“Culture numérique” est la nouvelle chronique numérique de l’émission 5 sur 7 Matins sur la télévision nationale. Chaque jeudi, Maurice Thantan vous emmène explorer les habitudes et les conséquences de notre monde numérique sur notre vie et notre société de façon générale.

Dans ce premier numéro, le chroniqueur tente de répondre à une question inattendue : “Qu’est-ce que les emojis que nous utilisons nous apprennent sur nous-mêmes ?”

Emoticônes vs emojis

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est important de d’abord faire la part des choses en définissant émoticône et emoji. Car, il faut le préciser, les deux ne désignent pas la même réalité. Emoji et émoticones n’ont pas la même histoire. 

D’abord, les émoticônes sont une représentation faciale faite à partir de caractères typographiques. Ce sont ces petits visages jaunes dont l’expression symbolise une émotion, un état d’esprit, un ressenti, une ambiance ou une intensité.

Pour la petite histoire, ils ont été inventés en 1982 par le chercheur en informatique Scott Fahlamn à l’université de Carnegie Mellon. Le mot émoticône provient en fait de la contraction de deux mots anglais “emotion” et “icon”.

Les emojis, quant à eux, ont été inventés plus tard en 1999 au Japon. Il s’agit de pictogrammes utilisés dans les messages électroniques et les pages web japonaises, à l’origine. Ils ont d’abord été créés par un opérateur de téléphonie mobile pour réduire la taille des messages photos que les Japonais envoyaient abondamment à cette époque alors que ceux-ci consomment énormément de données.

En conclusion, contrairement aux émoticônes qui ne symbolisent que les expressions du visage, les emojis sont des pictogrammes représentant un objet ou un symbole.

Emojis et émoticônes : comment leur usage définissent notre personnalité ?

Les émoticônes et emojis occupent assurément une grande place dans notre langage de communication au quotidien. Ils constituent aujourd’hui, sans doute, le code de communication le plus répandu, tant ils dépassent les frontières linguistiques. En termes de chiffres, par exemple, selon le site emojipedia.org (qui est une sorte d’encyclopédie des emojis), il existait 2823 emojis codifiés en Standard Unicode en juin 2018. Selon une étude publiée en 2018,  il y aurait 6 milliards d’émoticônes ou de stickers envoyés chaque jour via des applications de messagerie.  Naturellement, cet usage massif des emoji et émoticônes commence à révéler des choses sur notre propre personnalité. 

Ainsi, une étude réalisée en 2017 par des chercheurs américains et australiens a révélé que “les personnes qui s’estiment agréables, aimables ou sympathiques utilisent plus volontiers des emojis, qu’ils perçoivent comme des vecteurs de leur personnalité”. Tandis que “ceux qui accordent moins d’importance au regard et au jugement des autres ont plus tendance à utiliser tout le spectre des emojis, même les plus ‘tristes'”. Une autre conclusion de cette même étude est que “ceux qui utilisent des emojis pensent qu’ils aident leurs interlocuteurs à mieux les cerner et à mieux comprendre leur personnalité”.

Autres choses à savoir sur les emojis et émoticônes

Trois anecdotes précisément pour vous montrer quelle importance les emojis ont pris dans notre culture de façon générale et dans la culture numérique en particulier.

D’abord, il faut savoir que tous les emojis ne sont pas bienvenus partout dans le monde. Ainsi, en 2016, les autorités indonésiennes ont demandé aux opérateurs proposant des applications de messagerie instantanée de supprimer tous les émoticônes et emojis LGBT de leurs applications. Il faut savoir que l’homosexualité est punie en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde.

Ensuite, en France, sachez qu’en 2018, un homme de 20 ans a été condamné à six mois de prison dont trois fermes pour avoir envoyé des emojis sous formes de pistolet à son ex-petite amie qui venait de le quitter. Selon les juges, il s’agit là d’une menace de mort matérialisée par image.

Enfin, en 2018, un artiste designer ivoirien révolté par le manque de diversité dans les emojis proposés par les claviers habituels des téléphones portables s’est lancé dans le défi d’inventer un nouvel emoji par jour qui représente un élément de la culture africaine. C’est un projet dénommé Zouzoukwa qui lui a permis de réaliser 365 emojis cette année là.

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE