15 Avr
Le privé va faire son entrée dans la gestion des écoles publiques. Le gouvernement est séduit par les bonnes performances scolaires affichés par les établissements privés. Raison pour laquelle, il a pris la décision en conseil des ministres, ce 15 avril, de confier une partie de la gestion des écoles publiques à des prestataires privées. 

Dans une première phase expérimentale, le privé prendra la gestion de certains établissements scolaires publics. “L’objectif poursuivi est de permettre, par ce mécanisme, l’implémentation des bonnes pratiques qui font la réputation des établissements privés bien gérés et d’en favoriser le bénéfice aux apprenants du public sur toute l’étendue du territoire national, sans considération de leur localisation géographique”, soutient le gouvernement.

Les établissements confiés aux agences privées, et leurs infrastructures “demeurent toutefois la propriété de l’Etat et les frais d’inscription restent identiques à ceux des autres établissements publics”. 

 

Placement d’enseignants 

Les prestataires privés interviendront aussi dans la gestion des ressources humaines. “Le dispositif consiste à confier la sélection, la mise à disposition et la gestion d’une partie du personnel enseignant non agent de l’Etat, à des agences de placement”, précise le compte rendu du conseil des ministres.

Par ce choix, le gouvernement veut siffler la fin du système des vacataires dans l’enseignement. “Dans le public, en dehors des enseignants agents de l’Etat, le recours aux enseignants vacataires et communautaires n’a pas souvent été fait avec la rigueur requise, ce qui explique en partie les contre-performances enregistrées” selon le gouvernement.

Une Agence nationale pour les Prestations aux Etablissements scolaires publics (ANaPES), placée sous tutelle de la présidence de la République, est alors créée pour coordonner l’implication du privé dans la gestion des écoles publiques.

 

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE