14 Mai

 

Juin 2020, c’est le délai ultime accordé à tous les pays membres de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) pour le passage de la télévision analogique à la télévision numérique terrestre (TNT). Au Bénin, les choses sont fin prêtes pour apporter la TNT dans les ménages non sans bouleversements dans les habitudes des téléspectateurs. Aux commandes du processus, le Comité de Pilotage de la Transition à la Télévision Numérique Terrestre, (C/TNT), placé sous l’autorité de la Présidence de la République. Patricia Codjia, Ingénieure de Radiodiffusion et Télévision, anciennement Directrice Technique de l’ORTB, en est l’un des membres. Elle fait un tour d’horizon de l’état des lieux de la mise en place de la TNT au Bénin.

1- Que comprendre par la TNT ?

Patricia Codjia, Ingénieure de Radiodiffusion et Télévision

La télévision numérique terrestre (TNT) est fondée sur la diffusion de signaux de télévision numérique par un réseau d’émetteurs hertziens terrestres. Elle remplace la télévision analogique terrestre et permet de réduire l’occupation spectrale. En effet un canal de diffusion analogique disponible pour une seule chaîne TV est suffisant pour une diffusion numérique de plus d’une dizaine de chaînes grâce à l’utilisation de modulations plus efficaces.
Pour les populations ou consommateurs, la TNT offre l’opportunité d’avoir :

  • plus de chaînes avec une attention particulière pour les chaînes thématiques et pour les contenus locaux ;
  • une meilleure qualité d’image et de son avec accès à la Télévision en Haute Définition .

Par ailleurs étant donné que la TNT fait partie intégrante de l’écosystème du numérique, elle contribue à faciliter le quotidien du consommateur en lui offrant l’accès aux services interactifs tels que la vidéo à la demande, la télévision éducative, le Guide Electronique des Programmes, les commandes et achats en ligne, les votes en lignes, etc.  En termes simples, pour le téléspectateur profane, il y a aura changement au niveau du mode de réception, du confort visuel et sonore.

 

2- Quels sont les acquis du Bénin dans le chantier de la TNT à ce jour ?

La Télévision Numérique Terrestre (TNT) est le projet N° 21 des 45 projets phares du PAG 2016-2021. Elle occupe la deuxième place sur les six projets du numérique. Cela dénote l’importance que revêt pour le Gouvernement, le numérique en général et la TNT en particulier. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, qui est une réponse aux recommandations de l’UIT, il a été créé le Comité de Pilotage de la Transition à la Télévision Numérique Terrestre (CP/TNT) dont l’une des missions est de superviser la mise en place du réseau de diffusion de la TNT. La construction du réseau de diffusion de la TNT est maintenant achevée. Les premiers tests de diffusion ont été réalisés à partir d’Abomey-Calavi en janvier 2018. Depuis mars 2019, tous les 29 sites composant le réseau sont fonctionnels et assurent la couverture du territoire.

Lire aussi : Télévision : le Bénin en transition vers le numérique

 

3- Après ces premiers tests, que reste-t-il de déterminant pour l’accès grand public à la nouveauté ?

Nous en sommes à la création de la Société de Diffusion chargée d’assurer l’exploitation de l’infrastructure de la TNT. Il faudra s’attendre à la mise en place de Bénin Diffusion et à la mise à disposition des décodeurs TNT.

Vue des différentes chaînes du bouquet TNT au Bénin

4- A quel prix, les populations auront la TNT chez elles ?

Le téléspectateur devra acquérir un décodeur TNT pour avoir accès aux chaînes composant le multiplex national, notamment les chaînes émettant actuellement en analogique donc détentrices d’une autorisation de la HAAC. Ce décodeur supporte la norme de diffusion H265 qui est utilisée au Bénin.

5- Qu’adviendra t-il des fréquences qui seront libérées après ce processus ?

L’état est le détenteur des droits d’exploitation de la ressource radioélectrique en général et des fréquences libérées en particulier. Après l’extinction de la diffusion analogique, les fréquences libérées appelées « dividende numérique » sont récupérées par l’état en vue de leur ré-allocation pour d’autres services plus rentables et pourvoyeurs d’emplois dans le cadre du développement de l’écosystème du numérique.

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE