20 Juin
Partager:

L’Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) se préoccupe de la meilleure exploitation des données de recherche dans les médias. A Cotonou au Bénin, l’UCPO renforce depuis le 19 juin 2024 des journalistes et blogueurs d’Afrique en traitement et diffusion des informations scientifiques liées aux Droits en santé sexuelle et reproductive.

L’atelier régional regroupe les neuf pays du Partenariat de Ouagadougou que sont le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo. La formation, organisée par l’Unité de coordination de Partenariat de Ouagadougou (UCPO) en partenariat avec Population Council, devrait permettre aux hommes des médias et blogueurs d’informer autrement sur les droits en santé sexuelle et reproductive notamment la question de la planification familiale.

Informer de façon compréhensive

Les initiateurs espèrent des acteurs du secteur de l’information des contenus médiatiques qui transforment le langage scientifique qui est “complexe, en langage communautaire”

Selon le PO, l’adoption d’un langage décomplexé facilite la compréhension des enjeux des droits en santé sexuelle et reproductive et responsabilise davantage les décideurs politiques et programmatiques pour une prise de décision basée sur des données factuelles. “Les journalistes, blogueurs que vous êtes,(…)vous avez ce pouvoir de libérer une parole, de la décomplexer, d’informer, et ce, de façon massive et compréhensive”, a assuré Docteur Djenebou Diallo, responsable plaidoyer senior UCPO au démarrage de la formation.

Pour Fatou Bintou Mbow, directrice de Population Council bureau Sénégal, “le journalisme et le blog sont bien plus qu’une simple narration d’événements. Il s’agit de creuser sous la surface, d’aller au-delà des apparences pour dévoiler la réalité complexe et nuancée de notre monde. C’est là que la recherche entre en jeu, en tant qu’outil indispensable pour tout journaliste ou blogueur sérieux et dévoué à leur mission d’informer le public de manière précise et impartiale”.

Afin d’atteindre ces objectifs, les 55 participants audit atelier se familiarisent durant trois jours, aux sources de données fiables en Santé reproductive, les indicateurs clés et la qualité des résultats de recherches relatives à la planification familiale.

La formation touche en outre l’apport de l’intelligence artificielle dans les productions médiatiques en ce qui concerne la santé reproductive et les canaux de diffusion pour impacter une large cible.

Le Bénin, l’un des pays prioritaires des interventions du PO depuis 2020 après une évaluation faite en 2019, trouve indispensable les thématiques autour desquelles se déroule le renforcement de capacité des journalistes et blogueurs. Cela intervient, à en croire Rodrigue Kanhoun conseiller technique aux Soins de santé primaire  représentant le ministre de la Santé du Bénin, dans un contexte où le pays reste engagé à promouvoir les droits à la santé sexuelle et reproductive. La prise de loi sur l’avortement sécurisé et plusieurs autres actions que mène l’État béninois dans le domaine de la santé reproductive, en témoignent.

Partager:

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE