La revue de presse sur Radio Bénin

   la revue de presse  
 

Revue de presse du 17 septembre 2019

 Issa Bah Seko

28 jours après le verrouillage des frontières Nigériane, fraternité fait le point de la situation et signale que la galère s’intensifie. Les opérateurs économiques seraient au bord de l’asphyxie selon fraternité. Et pour cause, le journal fait observer que le verrouillage des frontières a affecté les échanges commerciaux entre les deux pays et que le Bénin en paye les conséquences. Lesquelles conséquences risquent de peser davantage sur le pays si la mesure de fermeture se prolonge. Fraternité parle des confidences du ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané ; à Jeune Afrique ; confidences selon lesquelles la croissance économique aussi bien de l’année en cours que celle à venir va en faire les frais. Selon la lecture de la situation par le ministre d’Etat, ce verrouillage des frontières va occasionner une baisse drastique du volume des échanges entre les deux pays. Cela va engendrer d’après le ministre, un avilissement des recettes douanières ainsi que les recettes globales du Bénin. Abdoulaye Bio Tchané en conclut que cette situation n’augure pas d’un avenir facile pour l’économie nationale au cas où cela va perdurer. En tout cas pour l’heure au Bénin, l’on s’inquiète de l’amenuisement des recettes budgétaires conclut aussi fraternité.

On change de sujet pour parler de la reprise des cours dans nos écoles et collèges depuis hier. L’hebdomadaire Educ-Action confirme le démarrage effectif de la rentrée scolaire mais parle aussi de la pénurie d’enseignants. Pour ce journal, cette pénurie handicape la reprise des cours dans plusieurs écoles. Educ ’action rapporte également que par endroit, l’administration scolaire est débordée dans le primaire. Fraternité s’invite dans les réalités de cette nouvelle rentrée et fait remarquer qu’il y a une reprise timide des cours dans le public. Fraternité signale qu’il y a des classes en attente d’enseignants par exemple au CEG Nokoué, ici à Cotonou. Et toujours dans le dossier rentrée scolaire, fraternité rapporte qu’à l’école primaire publique de Kpétou, dans la commune de Comé, des cantines scolaires ont été cambriolées et des vivres emportés.

Parlons santé avec fraternité qui aborde le sujet de l’infertilité secondaire. Le journal écrit qu’avoir déjà accouché une première fois, ne rassure pas toujours qu’on est à l’abri de l’infertilité. Beaucoup de femmes mènent un combat sans fin pour avoir un enfant de plus. Fraternité revient sur les causes de l’infertilité secondaire dans une enquête réalisée et présentée à sa page7. Le canard retient que face à cette situation, qu’il y a souvent un argument qui revient sans cesse chez les femmes qui sont dans le cas : « c’est le destin, Dieu n’a certainement pas voulu que j’ai plus d’enfants ; se plaignent –elles. Alors que cependant les spécialistes de la santé de reproduction voient les choses autrement. La prévention se trouve dans notre comportement de tous les jours ; préviennent-ils.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s