27 Avr
Partager:

A l’issue de discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux ce 26 avril 2022, les modalités de revalorisation des salaires ont été retenues de commun accord. L’application des augmentations décidées devrait se concrétiser à partir de novembre prochain en fonction de l’évolution de la conjoncture économique. 

C’est une rencontre qui était attendue depuis l’annonce du gouvernement d’augmenter les salaires au cours de l’année 2022. Les syndicats, à plusieurs occasions, se sont étonnés que le gouvernement ne se presse pas d’appliquer ses propres promesses. Au cours des rounds de discussion tenus hier au palais de la Marina, Patrice Talon a fait part aux responsables syndicaux des contraintes économiques qui ont bouleversé les plans de son gouvernement. Les effets conjugués de la pandémie de Covid-19 et du conflit russo-ukrainien ont induit une inflation qu’il est plus urgent à maitriser. 

Le salaire minimum fixé à 52.000 fcfa

Malgré ses chocs économiques, les augmentations salariales dans le secteur public seront une réalité. Elément central des revalorisations espérées, le SMIG, Salaire minimum interprofessionnel garanti, devrait être augmenté de 30%, soit un passage de 40.000 fcfa à 52.000. 

En ce qui concerne les rémunérations des agents de l’Etat, les améliorations seront différenciées en fonction des niveaux de salaires, l’objectif étant de favoriser les salaires situés au bas de l’échelle. A noter surtout qu’il est convenu d’agir sur le point indiciaire afin de faire bénéficier la hausse aussi bien aux agents en activité qu’aux retraités. 

Partager:

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE