28 Juin
Partager:

La Société des ciments du Bénin (SCB) devra déplacer ses usines installées au quartier Xwlacodji. Elle a jusqu’à la fin du mois de juin 2022 pour se conformer à une décision du conseil des ministres datant de 2003. Interpellé par une question orale du député Marcellin Ahonoukon, le gouvernement, à travers le ministre du cadre de vie et du développement durable a rassuré les parlementaires au cours de la séance du jeudi 24 juin 2021. 

La décision de délocaliser la SCB va d’ailleurs s’étendre à une autre usine de production et de commercialisation du ciment. Il s’agit de Cimbénin qui a ses quartiers à Sèkandji dans la commune de Sèmè Podji. Il est reproché aux deux entreprises, installées en pleine agglomération, d’émettre de forte poussière de ciment nuisible à la santé des populations. En 2009, une décision de la Cour constitutionnelle avait jugé l’implantation de la SCB dans la zone commerciale de Ganhi comme étant une violation de l’article 27 de la Constitution béninoise. Ce dernier stipule que “toute personne a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable et a le devoir de le défendre. L’Etat veille à la protection de l’environnement.”

Dans son intervention face aux députés, le ministre du cadre de vie a rassuré que le gouvernement a pris les dispositions pour que la délocalisation puisse se faire progressivement. Etant donné que ce choix est une solution parmi d’autres et ne saurait se mettre en œuvre du jour au lendemain. Finalement, les deux sociétés concernées ont encore un an pour déplacer leurs usines vers une nouvelle destination où leurs émissions de poussière seront moins nuisibles aux populations. 

 

Une commission d’enquêtes réclamée

A l’origine, seule la question de SCB et de Cimbénin était prévue au cœur des échanges entre les membres du gouvernement et les parlementaires. Mais les députés ont saisi l’occasion pour évoquer le cas d’une autre usine, elle aussi installée en agglomération et qui causerait des nuisances aux riverains. Il s’agit de la Société béninoise de brasseries (Sobebra) implantée à Akpakpa à Cotonou. 

Les députés ont notamment souhaité qu’elle soit prise en compte dans le plan d’action concernant la délocalisation des sociétés de ciment évoqués plus haut. L’honorable Rachidi Gbadamassi a même suggéré qu’une commission d’enquête parlementaire soit mise en place pour connaître du fonctionnement de ces différentes industries.

Partager:

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE