21 Juil

Des pouvoirs élargis sont annoncés pour l’Institut national de la femme. Le gouvernement affiche sa vision ambitieuse pour la promotion de femme et la lutte contre toutes les formes de violences sexistes. La nouvelle vision est déclinée par le conseil des ministres de ce 21 juillet 2021.

L’Institut national de la Femme va succéder à l’Institut national pour la  promotion de la femme. Créé en 2009, ce dernier n’a pas été efficace pour diverses raisons, selon le gouvernement qui a donc décidé de le réorganiser. La nouvelle structure sera davantage autonome au plan juridique et surtout financier.

Ainsi, l’Institut national de la Femme, dans sa nouvelle configuration, est un organisme public doté de la personnalité juridique, de l’autonomie financière et de prérogatives importantes pour mener des actions plus déterminantes en faveur de la femme.

 

Droit d’ester en justice

Les missions assignées à l’Institut sont nombreuses. Elles vont de la promotion de la femme à tous les plans (économique, politique, social, juridique, culturel) tant dans la sphère publique que privée.

Volet important aussi dans un contexte de violences basées su  le genre, la lutte contre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard de la femme. Pour cela, l’Institut pourra ester en justice. Et également prévu en son sein, un “service actif d’écoute qui recevra les dénonciations de faits de discrimination ou de violence”.

 

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE