30 Nov
Partager:

Les véhicules de transport en commun (taxis, minibus ) n’ont plus droit de traverser Cotonou dès ce lundi 29 novembre 2021. Ainsi en a décidé la préfecture de Cotonou et la mairie de Cotonou.

Sont principalement concernés par la décision du préfet, les minibus qui convergent généralement au marché Dantokpa, d’où leur surnom de “tokpa-tokpa”. Les autres véhicules de transport en commun interdits de traverser le centre-ville de Cotonou sont les taxi interurbains. Vont désormais les relayer à partir de leurs points de débarquement, les taxi-motos et les taxis urbains.

En prélude à l’exécution de cette décision, Alain Orounla, préfet du Littoral et Gatien Adjagboni, deuxième adjoint au maire de Cotonou ont tenu une séance d’échanges avec les acteurs du transport urbain.

Deux gares routières ont été aménagées pour servir de point de chute. La première qui est à Vodjè Rails, accueille les véhicules venant d’Abomey, Lomé, Abomey-Calavi. Les véhicules venant de Porto-Novo s’arrêtent à la seconde gare située à PK6 Abattoir.

Alain Orounla justifie cette décision par l’amélioration de la mobilité urbaine et la réorganisation de ce secteur.

Sa mise en exécution ne fait pas l’unanimité au niveau des transporteurs et des usagers. Ces derniers estiment que les sites retenus nécessitent encore d’autres commodités (toilettes publiques). Ils craignent une nouvelle charge pour les usagers qui devront débourser une nouvelle fois pour atteindre leur destination.

Partager:

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE