24 Fév

 

La ministre du numérique et de la digitalisation a rendu publiques les grandes activités de son département au cours de l’année 2021. C’était au cours d’une cérémonie qui a eu lieu ce mardi 23 février 2021 à Cotonou. Pour l’occasion, Aurélie Adam Soulé Zoumarou étaient entourés de ses collègues de la communication et de la Poste, Alain Orounla et des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci.

Comme en 2020, le gouvernement met à la disposition du public et des acteurs de l’écosystème du numérique, la feuille de route et les différentes activités de l’année. Dans sa présentation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou est revenue, dans un premier temps, sur l’exécution de l’agenda 2020. Elle a fait observer que les projets inscrits ont été démarrés ou achevés. Elle a notamment énuméré. Notamment, la mise en service du portail national des services publics, les plateformes de e-learning, et des résultats aux différents examens scolaires, les points numériques communautaires, l’interconnexion des universités publiques, le Bénin Digital Tour, l’organisation de la Semaine du Numérique.

D’autres par contre, n’ont pu prospérer à cause de l’épidémie du coronavirus.

En terme d’acquis du Programme d’actions du gouvernement (PAG) 2016-2021, la ministre du numérique et de la digitalisation a relaté que les six projets phares du domaine sont à un niveau très avancé pour quelques-uns et déjà achevés pour certains. Ce sont : le déploiement de l’internet haut débit et très haut débit sur l’ensemble du territoire nationale, la transition vers la Télévision numérique terrestre, la mise en œuvre de l’administration intelligente, la généralisation de l’usage du e-commerce, de l’usage du numérique par l’éducation et la promotion et le développement de contenus numériques.

 

Un agenda 2021 élargi aux partenaires et agences

Pour la première fois, le ministère du numérique et de la digitalisation ne s’est pas contentée de dévoiler son agenda. Il a aussi présenté au public les feuilles de route des structures et agences sous sa tutelle. D’une façon générale, celles-ci sont appelées à poursuivre les travaux déjà entamés les années précédentes. Elles vont également améliorer certains travaux déjà exécutés.
A terme, les activités suivantes devront être mises en œuvre :

  • l’extension du haut et du très haut débit;
  • la connectivité de la zone économique spéciale;
  • la connexion en haut débit de 12 universités publiques;
  • l’intégration des établissements privés au réseau béninois d’éducation et de recherche (RBER);
  • la mise en place de points numériques communautaires;
  • la réception dans les foyers de la Télévision numérique terrestre;
  • le renforcement des centres technologiques de zone dans le tourisme et l’agriculture;
  • la construction de trois salles numériques pour les personnes en situation de handicap visuel et de 24 salles numériques dans les établissements secondaires;
  • l’élaboration complète de la partie réglementaire du Code du numérique;
  • l’intégration de nouveaux e-services sur le portail national de service public;
  • la mise en place d’un centre de transformation digitale ainsi qu’un centre national de numérisation;
  • la tenue d’actions de sensibilisation et d’appui pour la conduite de projets numériques communaux ;
  • le renforcement de la sécurité et de la confiance numériques ;
  • l’organisation des formations au Learning Lab, le Wacreen, la Senum, le Bénin digital tour ;
  • la réalisation de l’atlas de couverture réseaux;
  • la mise en place du simulateur tarifaire;
  • le lancement d’un nouveau catalogue de l’offre très haut débit fixe de la Société Béninoise d’infrastructures Numériques (SBIN);
  • le lancement de la plateforme bj.bj;
  • la modernisation de la plateforme de monnaie électronique et l’inclusion financière au niveau des GSM.

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE