30 Mar

En pleine crise sanitaire du coronavirus, les autorités béninoises mettent en garde contre la publicité à tout-va de médicaments. La cible, ce sont les patrons des médias. Trois ministres appuyés par le 2ème secrétaire général adjoint du gouvernement les ont rencontrés ce lundi 30 mars 2020. Objectif, donner un “dernier avertissement”.

Face aux patrons de presse, le ministre de la Justice a eu un ton ferme. “Ce qui se fait aujourd’hui est un dernier avertissement lancé aux organes de presse qui sont les principaux agents de cette intoxication à l’échelle nationale”, a lancé Séverin Quenum.

Le texte qui interdit la publicité sur les médicaments est le décret 2018-262 du 28 juin 2018. Aux termes de ce décret exposé aux patrons des médias, est interdite, la publicité portant sur les professions médicales, les activités médicales, les médicaments et autres produits médicinaux”.

Les contrevenants, auteurs, co-auteurs ou complices, risquent des sanctions allant d’un à cinq millions de francs CFA.

“Le décret date de 2018. Les dérives ont continué. On ne peut pas continuer de laisser faire”, avertit le ministre Séverin Quenum

Produits qui “traitent 100 maladies à la fois”

Le décret ne s’intéresse pas particulièrement à une catégorie de médicaments. Mais le ministre de la Santé a tenu à attirer l’attention des promoteurs d’organes de presse sur ces médicaments qui “traitent 100 maladies à la fois”. Benjamin Hounkpatin fait allusion aux produits de la pharmacopée traditionnelle présentés comme remèdes à mille et une maladies selon les publicités qu’en font les promoteurs sur les médias.

La publicité des produits indexés, développe le “réflexe d’automédication” chez les populations, indique le ministre de la Santé. Voilà pourquoi, il faut y mettre un terme. L’enjeu est de préserver la santé des Béninois.

Le rappel à l’ordre est loin d’être anodin dans le contexte de l’épidémie  du covid-19 qui donne lieu à des rumeurs sur l’efficacité de nombreuses décoctions ou tisanes contre le nouveau coronavirus.

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE