05 Juin

Le monde célèbre ce 5 juin, la Journée mondiale de l’environnement.  Dans un contexte marqué par l’avènement de Covid-19, les Etats doivent malgré tout réfléchir à la préservation de la biodiversité. Cette dernière est une source de préoccupation à la fois urgente et existentielle. Des animaux sauvages comme le guépard font partie des espèces dont la protection est d’une urgente nécessité.

Dans le monde et au Bénin, le guépard reste une espèce sauvage en danger d’extinction. Au début des années 1900, la population mondiale de guépards était estimée à 100.000. Aujourd’hui, elle est de l’ordre de 10.000. Au Bénin, on compte seulement 16 guépards dans le parc national de la Pendjari. 

Les causes de la menace de la disparition de cette espèce réside néanmoins dans son mode de vie. La complétion en forêt est tellement rude que la mère guépard qui n’élève pas ses petits avec le mâle guépard, les perd en allant chercher une proie pour les nourrir.

La légende dit que les larmes qui lui sont restées sont le fait de son désespoir un jour où elle est revenue de chasse constater la disparition de ses petits. Au Bénin, des études sont en cours pour développer une stratégie dans le but de mieux protéger cette espèce. Pour ce faire, des experts ont été recrutés pour venir en renfort à l’équipe du parc de la Pandjari pour assurer la protection de cette espèce.

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE