05 Mai
Partager:

Le Médiateur de la République vient d’achever à Grand Popo des consultations avec la classe politique béninoise pour des élections législatives apaisées en janvier 2023. 

Opération prévention de crise électorale. A huit mois des élections législatives de janvier 2023, le Médiateur de la République a initié des discussions avec chacun des partis politiques béninois. Du 25 avril au 4 mai, des représentants de 14 partis politiques sur 16 conviés ont été consultés séparément par Pascal Essou et son équipe. Reçus les uns après les autres pendant une dizaine de jours, ils ont “fait des recommandations en vue d’un processus électoral apaisé”. 

Dans la suite du processus de pré-dialogue, le médiateur de la République va “porter les préoccupations et recommandations des partis sous forme d’un plaidoyer à l’endroit des institutions concernées”. 

Deux partis, la Flamme Renouvelée et Restaurer l’Espoir, ont décliné l’invitation du médiateur. Pascal Essou rassure de sa disponibilité à les écouter dans la forme qui leur conviendra.

Elections sous tension 

Les dernières élections au Bénin ont été marquées par des tensions. En 2019, les élections législatives auxquelles les partis de l’opposition n’ont pu prendre part se sont soldées par des scènes de violences. C’était le début d’un cycle de tension politique qui va se manifester à nouveau lors de la présidentielle de 2021 remportée par le président Patrice Talon. Les communales de 2020 bien qu’apaisées n’ont pas moins souffert de controverses ; une ordonnance de la Cour africaine des Droits de l’homme a, en vain, suspendu leur tenue sur demande de l’opposant en exil Sébastien Ajavon. 

Ces différents épisodes de tension politique transparaissent dans les préoccupations exprimées par les partis consultés, notamment ceux de l’opposition qui espèrent que les points de discorde soient réglés en vue d’élections inclusives en début d’année prochaine.

Partager:

A la Une, Politique

0 Comment

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE