06 Nov

Le financement public des partis politiques est en marche. Pour la première fois, l’Etat va financer directement le fonctionnement des animateurs de la vie politique. Les trois partis éligibles selon la loi ont reçu leurs chèques à la Commission électorale nationale autonome ce jeudi 5 novembre 2020.

Avec le plus grand nombre de conseillers communaux et de députés élus, l’Union Progressiste va toucher 590 519 964 de francs Cfa.  C’est un peu moins pour le Bloc Républicain, deuxième force politique suivant les résultats des dernières élections. Le “parti du cheval” obtient 505 492 844 francs. Troisième formation active sur la scène et éligible pour ses sièges de conseillers communaux, le parti d’opposition Force Cauris pour un Bénin Emergeant reçoit 103 537 192 francs.

Les sommes que toucheront les formations politiques bénéficiaires représentent 80% des montants prévus pour le second semestre de l’année. La cagnotte à répartir entre les trois partie est d’un montant de 1,5 milliard.

“Nous vous donnons 80 % du montant prévu en attendant que ne soient réglés les éventuels contentieux que vous auriez à soulever devant les juridictions compétentes, soit pour estimer que le montant qui vous a été alloué ne correspond pas au nombre d’élus, soit pour dire qu’il y a un manquant dans la somme qui vous a été remise”, a expliqué le président de la CENA, Emmanuel Tiando tout en avertissant. La mauvaise gestion des fonds est punie par la loi :

“Tout manquement à la bonne gestion de ces fonds entraîne automatiquement la perte du bénéfice du financement sans préjudice des sanctions pénales prévues par la législation en vigueur.”

Le financement public des partis s’opère au Bénin pour la première fois conformément à une loi votée l’année dernière à la suite du dialogue politique. Il vise à contribuer à assainir le financement de la vie politique béninoise.

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE