15 Mar

 

La première Vice-présidente de l’Assemblée nationale a entamé une tournée nationale de sensibilisation à la paix en période électorale depuis fin février dernier. Mariam Chabi Talata, candidate à la vice-présidence aux côtés du chef de l’Etat, s’est donné la mission de prévenir la violence électorale. 

La commune de Savè a été l’étape inaugurale de ce tour du Bénin par “l’Ambassadrice de la paix”. Ce n’est certainement pas anodin. Savè et bien d’autres communes des Collines mais aussi du Borgou ont été des foyers de violences électorales à l’occasion des législatives de 2019. Les communes visitées après Savè sont justement Bassila, Bantè et Parakou. 

A chaque étape, Mariam Chabi Talata, entourée d’autres femmes députés , a rencontré les leaders d’opinion, autorités locales, organisations de jeunes, chefs religieux. Le message est toujours le même : ne pas céder aux appels à la violence à l’occasion de la présidentielle du 11 avril prochain. 

 

Appel à la vigilance 

“Je suis venue vous dire d’être vigilants. Ce n’est pas parce que Natitingou est réputé pacifique que nous ne devons pas parler aux enfants”, a déclaré l’initiatrice de la tournée à sa séance de travail avec les représentants du chef-lieu du département de l’Atacora. Mariam Chabi Talata exhorte particulièrement les éducateurs à “prendre en charge le conditionnement de nos enfants afin qu’ils ne soient pas la proie facile de certains”. 

De fait, à l’image de la Vice-présidente du parlement, d’autres responsables politiques ou non ont initié des actions de promotion de la paix en période électorale. Les événements fâcheux liés aux législatives de 2019 n’ont certainement pas encore disparu des mémoires. 

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE