26 Oct

Le manque d’assainissement est lourd de conséquences dans le quotidien des populations partout dans le monde et particulièrement chez les plus pauvres. A qui la faute ? Les responsabilités sont partagées, à bien des égards.

[Cet article est publié dans le cadre d’un partenariat entre l’ORTB et Niyel]

Des tombes en lieu et place de toilettes. Tel semble être le choix délibéré ou non des populations et des autorités en Afrique. Selon l’Unicef, “chaque jour, plus de 700 enfants de moins de cinq ans meurent de diarrhées causées par de l’eau insalubre ou le manque d’assainissement”.

Une autre estimation de l’Organisation Mondiale de la Santé indique que près de 90 % des eaux usées finissent dans les fleuves, mers et océans que nous utilisons pour divers besoins. Autant dire que les eaux usées, avec leurs lots de maladies, finissent dans nos plats d’une manière ou d’une autre.

Pourquoi nos cacas ne doivent pas se retourner contre nous ?

Un gramme d’excréments peut contenir jusqu’à 10 millions de virus, un million de bactéries, 1000 kystes parasitaires et 100 œufs de vers intestinaux. Ces chiffres multipliés par la moyenne de 250g/j d’excréments par personne doivent faire réfléchir. La teneur des déjections en agents pathogènes laisse imaginer l’ampleur du mal. Un assainissement insuffisant engendre la transmission de diverses maladies comme le paludisme, l’hépatite A, la fièvre typhoïde, les vers intestinaux et bien évidemment les diarrhées.

Responsabilités partagées

A qui faut-il lancer la pierre ? Si, ce n’est à personne, alors, c’est à tous. Car du dirigeant au chef de famille, on devra situer la responsabilité de chacun : l’autorité pour n’avoir pas mis en place et financé les solutions structurelles aux problèmes d’assainissement ; le chef de famille pour n’avoir pas doté son ménage de toilettes hygiéniques et la femme au foyer pour avoir comme tous ses voisins vidé les fausses sceptiques dans les rues.

Une fois ces responsabilités situées, dans l’immédiat, il est nécessaire d’adopter quelques actions simples comme le lavage des mains, l’entretien des toilettes et cesser tous ces actes inciviques qui empêchent de vivre dans un cadre sain.

Ne restez donc pas inactifs !

Lire aussi >> Assainissement : pourquoi l’Afrique subsaharienne traîne-t-elle encore le pas ?

Défécation et dépotage à tout-va : le silence sur notre saleté nous tue

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE