27 Jan
Dans le cadre de l’élection présidentielle du 11 avril prochain, l’Institut de formation sociale, économique et civique (Infosec) a organisé ce 27 janvier 2021 à Cotonou, une conférence-débat sur l’usage des réseaux sociaux par les jeunes. Elle a réuni des jeunes, des étudiants, des organisations de la société civile, des professionnels des médias autour du thème.

Pour le directeur de l’Infosec, Moussibaou Fassassi, cette rencontre vise à conscientiser la jeunesse béninoise sur ses responsabilités dans l’utilisation des réseaux sociaux. Pour cette rencontre, l’Infosec est appuyé par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), l’Autorité de protection des données à caractère personnel (APDP) et l’Agence pour le développement du numérique (ADN). Deux panélistes ont animé les échanges.

Dans un premier temps, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) représenté par Guérick Gonçalves a présenté des conseils sur la bonne hygiène pour une sécurité numérique personnelle en période électorale. C’est de simples gestes qui vous mettent à l’abri de vol et autres menaces via internet. Il a exposé les différents risques auxquels les utilisateurs sont exposés tels que les liens frauduleux, le vol d’identité, l’hameçonnage, les infox.

La seconde présentation était consacrée aux pièges à éviter par les citoyens en période électorale en ce qui concerne leur données à caractère personnel. L’orateur est le secrétaire général de l’APDP au Bénin, Ambroise Zinsou.

Avant de collecter les données des citoyens, toute structure doit faire la demande auprès de l’APDP. Elle doit définir la finalité de ces données et garantir la proportionnalité, c’est-à dire que seules les informations adéquates pertinentes et strictement nécessaires au respect de la finalité seront recueillies. En période électorale, le citoyen doit donner son consentement avant toute collecte de ses informations à des buts de marketing. A cet effet, il peut aussi brandir son droit d’opposition. Pour ce faire, dès le constat d’une utilisation, il adresse au responsable de parti la finalité et la source de la collecte de ses données. Le mis en cause a un délai de 60 jours pour satisfaire à la demande. Dans le cas contraire, le citoyen peut s’adresser à l’APDP pour une plainte.

Les recommandations issus des échanges :

  • Protéger sa carte d’électeur,
  • S’assurer de la finalité de chaque sollicitation de collecte de ses données,
  • Éviter de photographier son vote,
  • Toute collecte doit être transparente et de façon licite,
  • S’investir dans l’hygiène numérique,
  • S’abstenir de communiquer ses informations sensibles via les réseaux sociaux,
  • Prendre conscience de la valeur et de l’importance des données,
  • S’informer en permanence afin de donner son consentement.

 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE